Chaînes VIE SYNDICALE Paul-André Boucher, artisan en autogestion ouvrière et en coopératives de travail, partie 2 de 2

  • 98
  • 0
  • 0
Partager
  • Ferrisson
  • 93 médias
  • envoyé 21 novembre 2016

Élevé à Saint-Jérôme dans la fierté ouvrière, Paul-André Boucher devient manoeuvre à 17 ans. Mais rapidement, il est embauché à la Regent Knitting Mills, un des trois piliers de l’industrie traditionnelle de la région, une industrie en perte de vitesse dans une structure mondiale en redéfinition.

Les relations de travail y sont âpres et le jeune homme se donne au syndicat. D’abord délégué, il en devient directeur, trésorier, puis président. On le retrouve aussi au Conseil du travail de la FTQ où il est élu président.

De mal en pis, la Regent finit par fermer ses portes en 1974. Les employés, pour la plupart, n’entendent pas baisser l’échine. Ralliés à l’équipe syndicale, ils lancent Tricofil, la première usine textile autogérée dans notre histoire industrielle. De leader syndical, Paul-André Boucher devient président du conseil d’administration jusqu’à ce qu’il quitte en 1979. On connaît la suite, la trop mal financée Tricofil tombera en 1982, victime, notamment, d’une pénible récession.

Expérience positive s’il en est, Tricofil a permis à Paul-André de poursuivre ses réflexions autogestionnaires en s’impliquant dans l’univers coopératif en tant que coordonnateur du Regroupement québécois des coopératrices et coopérateurs du travail.

Catégories: Vie syndicale
Afficher plus

Plus de médias dans "VIE SYNDICALE"

0 commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires. Ajoutez un commentaire.