Le média doit être publié par un administrateur.
Une erreur s'est produite lors de la conversion du média.

Média Bloquons la hausse!

Manifestation étudiante du 23 février 2012. Ensemble, bloquons la hausse!
 
 
Vous pouvez partager cette vidéo  avec vos amis, la publier dans votre page Facebook, dans votre compte Twitter et dans vos réseaux sociaux,   ou encore l' intégrer  dans votre site Internet en cliquant sur l'icône Partager apparaissant dans le coin supérieur gauche du lecteur vidéo ou sur le bouton PARTAGER dans cette page.

Afficher plus

1 commentaires

J'ai 60 ans. Je me suis battu et me bats pour plus d'équité. Penser que l'accès au savoir est une marchandise privée sans connotation avec la société, c'est un peu comme penser que l'achat individuel d'auto n'a aucune conséquence sur la circulation ou que l'achat d'une propriété unifamiliale en banlieue n'a aucune incidence sur l'étalement urbain et ses coûts pour l'ensemble de la société. Les gens que l'on forme dans nos universités contribuent au développement de notre nation, ils ne font pas que "s'acheter" une formation. Or, la façon la plus équitable de tenir compte de cette contribution en lien avec les coûts d'une formation universitaire est bien connue: elle est modulée selon les revenus réels qu'auront les étudiants par la suite. Elle s'incarne dans l'impôt (progressif) sur le revenu et dans l'impôt sur les gains des entreprises: plus tu gagnes et plus tu contribues en rendant en partie à la société ce qu'elle t’a permis d'obtenir. Autrement, l'effort demandé par les moins bien nantis pour payer des frais fixes est beaucoup élevé que pour les plus riches. À la limite, on pourrait même concevoir une mesure prévoyant une imposition particulière pour les finissants universitaires s’articulant en fonction des revenus gagnés après leurs études et pour une période de temps déterminée. Mais de vouloir endetter, préalablement à leur entrée sur le marché du travail, les étudiants les moins bien pourvus financièrement comme Charest et Beauchamp veulent le faire, c'est condamner de jeunes gens à un endettement exagéré au moment même où ils doivent rencontrer toutes les dépenses que nécessitent les débuts d'une vie active. C'est hypothéquer leur avenir avant même qu'ils aient des enfants. Alors que partout on dénonce le surendettement des ménages, ce gouvernement, d’une main, ne pense qu’à compromettre l'avenir de ceux et celles qui auront encore le courage de vouloir s'instruire, alors que, de l’autre main, il se montre si généreux envers des entreprises étrangères à qui il déroule le tapis rouge pour venir spolier nos ressources naturelles…

5 mars 2012 18:32:45 EST